Le poivre rose

Le poivre rose

Mémoire(s)

« Le jour où tu m’auras oublié, là je serai vraiment mort. » 

Avant d’être oubliés, nous serons d’abord dépassés, pour finalement être transformés en kitsch puis en vintage, puis en désuet. Nous disparaîtrons tous un jour, emportant avec nous nos souvenirs. La mémoire collective, elle, survivra. C’est le chemin entre l’être et l’oubli, c’est le chemin de ce spectacle, c’est le chemin de ces personnages.

Pour sa deuxième création, la Compagnie du Poivre Rose délaisse les codes du genre pour s’attaquer aux méandres du souvenir. Ils ont voulu partir en explorateurs, dans l'océan trouble de nos mémoires pour y découvrir ce qui fuit, ce qui s'accroche, ce qui disparaît, ce qui réapparaît, ce qui se cache, ce qui dure et ce qui s'effrite, pour le restituer en quelques traits avec leurs mouvements et leurs gestes circassiens; et en extirper une volonté farouche de dessiner sur le vide.

La pièce présente une succession de variations, d’instants choisis, une accumulation de photographies formant petit à petit, le puzzle de l’histoire, d’ une mémoire. La compagnie les met en scène en passant du mât au trapèze, avec un détour par le cadre coréen et la corde à sauter, fidèle au langage qui lui est propre, avec humour, tendresse et décalage. Le tout encore une fois avec la complicité avisée de Christian Lucas.

Contact