Le samedi 22 avril, les artistes qui encadrent les étudiants de l’assemblée ouvrent leurs workshops au public. Rendez-vous le matin, à 10 h aux Halles.

Ces workshops sont gratuits. Cependant, le nombre de places est limité à 12 personnes par atelier... Vous devez donc choisir l'intervenant avec lequel vous souhaitez travailler, et ensuite vous inscrire, par téléphone ( 02/218 21 07) ou par mail ( reservation@halles.be ), auprès de notre service de billetterie et le tour est joué.

Étant donné que les lieux des workshops ne sont pas encore définis, il est important lors de votre inscription de nous communiquer vos coordonnées complètes afin de vous tenir informés.

Si vous souhaitez déjeuner aux Halles, il vous faut prévoir 8 euros. La journée de workshops se termine à 17 h.


Oumaïma Manaï, jeune chorégraphe tunisienne passée par PARTS et le Ballet de Lorraine, vous entraînera dans des interventions dansées en espace public. Bien mieux qu’une flash mob ! Car le collectif des danseurs amateurs devra entraîner les passants dans la danse. Possible ? Impossible ?

Gaia Saitta, actrice et metteuse en scène, vous convie à travailler sur le simple partage des regards. Qu’est-ce que cela fait de regarder l’autre, et de vous offrir à ses regards ? Que cache-t-on, que révèle-t-on ? Comment entrer en relation avec les personnes, au-delà des personnages sociaux ?

Adama Traoré, expert dans tous les arts de la parole, s’attachera en grand maître de la satire à vous aider à articuler vos histoires personnelles, à partir d’un choix de détails saillants, pour en composer un récit collectif en lien, terrible ou désopilant, avec l’actualité du moment –  désopilante et terrible.

Giorgio Corsetti, l’un des grands metteurs en scène italien, vous fera plonger dans la malle à mythes de nos démocraties : discours, images, slogans – de Périclès à Robespierre, de Verdi aux Résistances des années 40, de Star Wars à Big Brother, de l’Agora aux Indignés, qu’est-ce qui tient, nous tient, nous tient ensemble ?

Camille Villet, philosophe et psychanalyste spécialiste de l’abstraction, vous amènera face à la Mort de Marat, puis face à un tableau de Yves Klein, pour un exercice de partage du sensible : tissant impressions et paroles, vous vous ouvrirez un monde commun à partir d’une œuvre singulière.

Théodore Marković vous concocte un atelier manifestatoire aléatoire : le groupe tirera au sort une cause, un moyen d’action (manif, sit-in, propagande par slogan, campagne visuelle sauvage…), et hop, vous voici parti en manifestation. Modéré, meneur, extrémiste ? Quel manifestant serez-vous ?