Halles-Trame sensible - Liaison vibratoire

Trame sensible - Liaison vibratoire

Elise Peroi

Deux structures - l'une “analogique”, l'autre “numérique” - se font face. S’inspirant chacune l’une de l’autre pour vivre ensemble, elles jouent sur le sonore et la musique intérieure du silence.

La mythologie met en écho les liens étroits qu’entretiennent le chant et le tissage.

Le métier à tisser se regarde comme un instrument de musique fait de nombreuses cordes dont le son est un silence et quelques claquements. Les parois textiles, jouent de ce symbole de cloison sonore, de porte, de passage et invitent à la curiosité. Le rythme du temps, l’incessant métronome résonne avec le geste qui se répète perpétuellement pour la réalisation de l’ouvrage. Comme un harpiste tisseur de l’instant.

La musique aujourd’hui peut être numérique elle est faite de nombre, de 1, de 0 le tissage est son ancêtre c’est comme une peinture dont on aurait pixelisée les contours. On cherche à recréer l’information en enlevant ce que l’œil et l’oreille ne perçoivent pas. Ce qui est inaudible, invisible, l’information la réduit.

Création projet : Elise Peroi.

Réalisation : Elise Peroi, Manu Talbot.

Création technique numérique : Manu Talbot (du collectif Bots Conspiracy) |Technicien sonore : Jeremy Trossat.

Evénements liés