Les Halles (default image)

Les Halles de Schaerbeek — Bruxelles —

Splash timer
08.10.19 17:00

# Bruxelles / Africapitales

The Art School Negro / Mahi Binebine

le Collectif Nymphose : Cédric Kouamé, Gladys Bukolo, Amat Gueye & Anthony Ngoya

17.00 - 21.00
BX/AFC 1

Dates & Tickets

Mardi 08 octobre 2019 17:00

17.00 - entrée libre
The Art School Negro
le Collectif Nymphose : Cédric Kouamé, Gladys Bukolo, Amat Gueye, Joe Cochrane & Anthony Ngoya animé par Wetsi Mpoma

Nymphose est un collectif de jeunes artistes bruxellois développant toutes sortes de pratiques, ayant été réunis autour de la question de la construction d’une nouvelle « africanité transnationale » à laquelle ils liés sont par leurs origines et leurs sensibilités. Liés à la terre d’Afrique et son histoire, par leur corps, leurs ancêtres, leurs familles et leur vécu, ces artistes sont marqués par une double existence : celles de jeunes occidentaux et d' afro-descendants. C‘est donc dans ce contexte que le travail évolue.

19.00 - entrée libre
Rencontre avec Mahi Binebine
autour de Rue du Pardon, son dernier roman (Stock)

Avec son précédent roman, « Le Fou du roi », le conteur et écrivain marocain Mahi Binebine, nous avait ouvert les portes du palais de Hassan II. C’est une tout autre sorte de cour que l’on découvre dans « Rue du Pardon ».
À travers le regard de Hayat, 14 ans, on suit la vie dans le lupanar d’un quartier populaire de Marrakech. Pour échapper à son père, qui abuse d’elle avec le silence complice de sa mère, la jeune fille fuit chez la diva Serghinia, qu’elle surnomme « Mamyta ». Elle est fascinée à la fois par la danseuse envoûtante et par la patronne à la poigne de fer, aussi crainte pour les ragots qu’elle colporte qu’adulée pour son charme hypnotique.
On retrouve le goût de l’artiste pour les originaux, les marginaux, les laissés-pour-compte, qu’il dépeint avec un art jubilatoire et une infinie tendresse. En un trait de plume désopilant, Binebine décrit des situations cocasses et dresse des portraits plus vrais que nature. Même au cœur du pire, il met en lumière l’espoir.