Les Halles (default image)

Les Halles de Schaerbeek — Brussel —

Splash timer

Né à Kolwezi en République démocratique du Congo, Serge Kakudji découvre l’opéra à la télévision à l’âge de six ans. Il intègre un chœur d’enfants à Lubumbashi, se forme aux bases de la technique vocale et remporte plusieurs prix, dès 16 ans, tout en participant à des stages et ateliers. Il rencontre ainsi le chorégraphe et danseur Faustin Linyekula, et participe à plusieurs de ses spectacles. Laura Claycomb, chanteuse lyrique américaine, le découvre à l'occasion de la création et de la tournée internationale du spectacle The Dialogue séries Dinozord, avec Faustin Linyekula.

Dès lors, Serge Kakudji multiplie les apparitions sur les scènes européennes, avec Faustin Linyekula puis Alain Platel, pour qui il est l’interprète principale de Pitié, tout en faisant ses débuts à l’Opéra dans des rôles baroques. Il se perfectionne en chantant pour Jean-Claude Malgloire (Guilio Cesare in Eggito), Emmanuelle Haïm ( Giulio Cesare in Eggito), Fabrizio Cassol (La Folie d’Héraclès), Sylvain Cambreling (L’incoronazione di Poppea), sous la direction de metteurs en scène comme Christophe Perton, Christian Schiaretti, Kristof Warlikowski, et aborde le répertoire du Bel Canto avec La Petite Messe Solennelle de Rossini, toujours sous la direction de Jean-Claude Malgloire.

Carmina Burana au Teatro Massimo, Teatro di Verdura à Palermo en Italie, dirigé par Daniel Kawka.

Applaudi aux Opéras de Versailles et de Montpellier, au Teatro Real de Madrid dans les rôles du répertoire européen, il n’oublie pas pour autant ses racines africaines, et propose à Alain Platel et Fabrizio Cassol l’idée de Coup Fatal, qui tourne pendant deux ans dans la plupart des grandes scènes et des grands festivals. Les 180 représentations de ce coup de maître ne l’empêchent pas de continuer à donner des récitals, où il passe avec la même aisance des répertoires européens aux musiques africaines, avec orchestre ou piano seul.

En 2017, la chorégraphe Annabelle Bonnéry lui propose Two Seul. Entre 2018-2020, Claire Diterzi crée avec lui L’Arbre en poche, librement inspiré du Baron Perché d’Italo Calvino, et mêlant chant, acrobatie, percussion et théâtre. Enfin, le Théâtre national de Chaillot lui offre une carte blanche de deux années, autour du projet Paysage d’ensemble.

Serge Kakudji développe un art lyrique qui sait rencontrer la danse contemporaine la plus exigeante ou les arts plastiques les plus novateurs comme ce fut le cas avec Coup fatal des Ballets C. de la B. mis en scène par Alain Platel ou comme nous le verrons à l'automne 2022 avec Second Souffle porté par les Halles de Schaerbeek. Serge Kakudji s'ouvre à d'autres domaines artistiques tout en plaçant son art de contre-ténor au cœur de ses projets.

2021-2022 - Serge Kakudji est invité par le compositeur Gualtiero Dazzi et l'ensemble Variances, direction Thierry Pécou, pour la création de Lettera Amorosa dont la musique est écrite pour lui.