Les Halles (default image)

Les Halles de Schaerbeek — Brussel —

Splash timer

Great Black Brussels - Awa Seck / Les Moussors de Awa

par Michel Reuss

Les Moussors de Awa ? C’est une marque de mode et un très bel atelier-boutique situé dans la galerie Le Bailli à Bruxelles. Un espace où les formes et les couleurs, la beauté et l’élégance, la tradition et la modernité fusionnent joyeusement pour redonner toute son actualité au foulard traditionnel du Sénégal : le Moussor 1.

C’est Awa Seck qui a lancé ce projet, et qui confectionne à la main les magnifiques turbans et les vêtements brodés à la façon de Diourbel (sa région natale au Sénégal) que l’on découvre dans son showroom. Juriste de formation, elle se reconvertit dans le stylisme en 2016. Tout part d’une passion : nouer le foulard de la femme africaine de l’Ouest. Awa ne l’apprend pas. Elle hérite d’une tradition. Attacher le foulard, à l’époque de sa mère et de sa grand-mère, toutes les femmes pouvaient le faire. Alors Awa commence à nouer le foulard pour elle, à se documenter sur son histoire, à explorer les différentes formes d’attachés 2 et à enrichir sa pratique. En animant des ateliers et en publiant des tutoriels sur Youtube, son savoir-faire suscite rapidement de l’intérêt. C’est la renaissance du Moussor.

Il faut dire que le succès arrive un peu comme une surprise. Longtemps, le Moussor est un accessoire délaissé de la femme africaine, porté avec un habit traditionnel, le vendredi ou lors de cérémonies. C’est aussi un objet symbolique qui révèle l’humeur de la femme, son statut social et la tonalité des relations au sein du couple ou de la famille. Mais grâce à Awa, le foulard devient un accessoire de mode contemporain, porté par des femmes jeunes, dans la vie de tous les jours. Son secret ? Adapter le foulard à l’époque, diversifier les matières et les couleurs, rendre l’attaché plus discret et le coudre pour en faire un article prêt-à-porter : le Moussorma. « Actuel ou traditionnel, peu importe le modèle, le Moussorma on le prend et on le porte directement - en vacances, au travail ou à la maison » nous explique Awa Seck. « Le foulard a changé et cela intéresse les femmes », il vient rehausser la beauté d’une silhouette, au même titre qu’un sac à main ou une paire de chaussures.

Avec une boutique bruxelloise 3, une plateforme de vente en ligne, une chaîne Youtube et un compte Instagram , Awa Seck touche dorénavant une large clientèle en Europe, en Afrique et dans le monde. Sa collaboration avec l'artiste Anna Erhenstein, bientôt présentée à Berlin, montre d'ailleurs à quel point « la digitalisation et les réseaux sociaux permettent à des femmes comme elle de porter leur voix, de créer leur entreprise et de s’internationaliser ». Beaucoup de défis restent cependant à relever. En tant que femme entrepreneur et de couleur, il faut se battre. Que ce soit pour obtenir du financement, trouver un local commercial ou simplement être plus visible sur le marché. Alors dans cette aventure les complices, comme l’association Belgian Entreprenoires, sont très importants. Et l’audace, la vitalité, le style - ce dont Awa ne manque pas !

 

1 Foulard en wolof.

2 Un attaché est une manière (parmi des milliers) de nouer un foulard.

3 Ouverte en 2018.

Les Moussors de Awa by Awa Seck