Les Halles de Schaerbeek — Brussel —

Splash timer

“Reprenez votre propre pouvoir” / Une conversation avec King Baxter sur la masculinité, l'appropriation culturelle et le pouvoir du drag

Par Martin Zicari

 

En préparation de la première de "Desiderata" par la Cie Cabas, j'ai voulu explorer quels aspects de la proposition performative de la pièce résonnent avec la culture contemporaine à Bruxelles. Le spectacle de cirque, dont la première aura lieu les 18 et 19 mars 2022, traite de l'identité masculine et de la performativité des corps masculins dans la technique acrobatique en la mettant en tension avec la vulnérabilité des corps masculins sur scène. En tant que l'un.e des aîné.e.s de la scène drag à Bruxelles, King Baxter semblait être l'interlocuteur idéal pour se plonger dans ce que signifie jouer en tant que King masculin, même lorsqu'iel est émotionnellement bouleversé.e par les normes de genre.

 

Salut… Pouvez-vous s'il vous plaît présenter vos multiples moi ou personnalités ?

King Baxter : Je m'appelle Baxter, j'utilise les pronoms « iel », je suis performeur.euse, mais je travaille aussi avec la vidéo. King Baxter est le nom de mon personnage sur scène, et ce personnage a commencé à exister vers 2015 après mes études à la villa Arson (École nationale et supérieur des beaux arts). Je viens initialement de la scène glam punk, et dans la scène glam punk, nous sommes vraiment intéressé.e.s par la remise en question des règles de genre, alors King Baxter a émergé de cette impulsion punk initiale. King Baxter est une sorte de démon/fée, doté.e de plusieurs super pouvoirs, dont la capacité de voyager dans l'espace et le temps, et de voler dans le ciel. Mais comme iel a des super pouvoirs, iel tombe et s'effondre aussi, iel meurt et a le pouvoir de renaître.

Quelle est l'histoire de King Baxter ? D'où vient-iel ?

King Baxter : L'histoire de King Baxter est ancrée dans un méta-récit de science-fiction. Baxter est le roi d'une terre désolée, une terre qui a été dépouillée de tout. Dans ce monde apocalyptique alternatif, King Baxter et moi pouvons décider comment tout reconstruire à partir de zéro comme nous le voulons vraiment. Je crois que l'histoire est vraiment une métaphore de la façon de soigner et de reconstruire la vie après plusieurs traumatismes. C'est un moyen de gérer le sentiment constant d'être marginalisé et un moteur pour finalement déconstruire les normes de genre de la société. Mais King Baxter est aussi l'un des moyens que j'ai trouvés pour continuer à traverser la dureté de la vie et apporter plus de beauté à mon histoire personnelle.

Pour plonger dans le rôle du drag dans votre propre histoire personnelle. Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'être drag, d'être un drag king, et pourquoi c'est important pour vous ?

King Baxter : Parfois, pour moi, c'est vraiment drôle d'être appelé un drag king, car au tout début, j'ai vraiment travaillé dur sur la façon d'être neutre en matière de genre, de développer une personnalité agenre. Ainsi, dans toutes les premières représentations de King Baxter, j'avais un corps vraiment plat, sans aucune marque de représentation sexuelle. Plus tard, j'ai décidé de prendre l'affirmation d'être Drag King comme un moyen de voler l'image populaire de la masculinité, une image qu'on m'attribuer trop souvent et dont je souffrais. De cette façon, j'essayais de m'approprier les insultes que la société a utilisées contre moi et contre ma propre masculinité. J'avais l'habitude de jouer avec ça pour me sentir plus libre. Par exemple, porter un gode ceinture, me faire une moustache et me permettre de me sentir vraiment à l'aise et bien avec. Je suppose que le drag consiste vraiment à jouer avec le genre, et à travers le jeu, je réfléchis aussi à qui je suis personnellement, parce que je suis une personne intersexe. Parfois je suis vraiment perdu.e, alors jouer avec la performativité de la masculinité me fait du bien, ça m'aide à travailler sur la dysphorie que j'ai parfois. Jouer avec ma propre image, aplatir mes seins, les cacher, voir mon corps d'une manière différente avant de monter sur scène, tout cela m'aide à me sentir vraiment euphorique d'être transgenre. Dans la rue, cela peut parfois être très difficile, mais sur scène, je peux me rapprocher au mieux de la manière dont je me perçois, et c'est là où réside le pouvoir du drag.

La scène drag à Bruxelles est florissante et en pleine croissance, de nouveaux bars ouvrent et les spectacles de dragsters sont devenus omniprésents dans la vie nocturne de la ville. Comment voyez-vous cette croissance ?

King Baxter : Je suis vraiment content.e de voir tout ça. Je me sens vraiment chanceu.seux, pour moi et pour nous tou.te.s, tou.tes.s les drags, les aîné.e.s et aussi les plus jeunes, c'est un moment vraiment stimulant pour nous. Certains des plus jeunes créent leurs propres espaces, et sont aidés par les anciens, donc c'est vraiment beau, et j'en suis vraiment fan. J'aime beaucoup et j'ai beaucoup de soutien pour les personnes et les collectifs qui apparaissent, comme le Not Allowed/Glitter's Time qui est un collectif de dragsters transgenres, mais aussi le They Collective, composé.e.x.s de personnes transgenres et non binaires, qui organisent également des scènes cabarets. Quand j'ai commencé à faire du drag, il n'y avait rien de plus que des cabarets en caves, tout était vraiment différent. Ensuite, j'ai travaillé au Cabaret Mademoiselle, quand il venait d'ouvrir. J'y ai travaillé en tant que régisseur.se, gérant la lumière, le son et les perruques (qui disparaissent parfois comme par magie du sous-sol pour réapparaître quelques jours plus tard) et j'ai toujours beaucoup d'amour pour cet endroit. Le Cabaret Mademoiselle c'est l'image de ce que peut être un cabaret, ce qu'est un lieu de drag, ce qu'est un lieu de spectacle, comment on se sent dans une famille bizarre, comment on soigne ses blessures personnelles en étant sur scène et en étant entouré de gentes qui peuvent nous ressembler alimenté.e.x.s par le même feu : s'exprimer sur scène.

Ce n'est pas seulement le cas pour les bars et la vie nocturne. De plus en plus de pièces de théâtre et de danse traitent de la performativité drag, et cela apparaît également de plus en plus dans la musique et les arts en général. Comment voyez-vous cela ?

King Baxter : Je pense que le drag peut être un outil créatif puissant pour tout le monde, mais je souhaite juste que nous nous fassions toustes le travail de nous souvenir d'où vient le drag, car je vois malheureusement beaucoup d'appropriation culturelle ou "tokenisme" autour du drag. Parce que c'est extravagant, parce que c'est RuPaul parce que c'est un hashtag etc. Venant du monde punk, pour moi c'est vraiment important de comprendre l’aspect communautaire du drag, ainsi que son histoire. J'ai été élevé.e par des pédés, des travailleur.euses du sexe, des fées, des gothiques et des gentes du BDSM, donc j'ai aussi appris ce que signifie porter des vêtements noirs, ce qu'était le VIH, ce que signifie être isolé.e et accro à la drogue, ce que c'est que de toujours se battre pour embellir sa vie, ainsi que le lien entre le drag et la lutte contre le capitalisme et la façon dont la société opprime les minorités. J'ai appris tellement de choses dans mon expérience de drag, et j'aimerais que cela soit transmis à la nouvelle génération pour que le drag ne devienne pas seulement RuPaul, maquillage, perruques et slay.

L'appropriation est un fait. Ça existe. Mais cela ne signifie pas que les personnes non-LGTBIQ + ne devraient pas voir de spectacles de drag ou explorer la performativité du drag. Le drag est devenu plus courant grâce à la télévision, donc beaucoup plus de gentes sont intéressé.e.x.s par regarder des émissions de drag et ce n'est pas une mauvaise idée pour moi. La visibilité est vraiment importante car elle conduira idéalement à avoir plus de place pour notre communauté. Bien sûr, la scène underground est importante au début de mon expérience de scène punk. Mais à un moment donné, je suis vraiment fier.e de me battre pour avoir une présence dans de nouveaux lieux et bars, institutions, théâtres, musées, etc.

Pourquoi pensez-vous qu'il est important d'occuper des espaces non-LGTBIQ+ ou des institutions de « grand art » ou culturelles ?

King Baxter : Je pense qu'il est important de montrer ce qu'est le drag, de montrer qu'on n'est pas de "vrais" monstres, que le drag peut aussi être un moyen d'être libre. Tout le monde a besoin de voir, sans pression, qu'il n'y a pas une obligation a être drag, mais de le respecter, et savoir qu'il y a une histoire sous-jacente dans le drag, et comprendre que nous sommes marginalisé.e.s, ou pas les bienvenu.e.x.s dans la plupart des espaces. Tout le monde peut apprendre du drag et de nos expériences. C'est le message que nous voulons faire passer : le drag vous apprend à reprendre votre propre pouvoir, c'est le message le plus important que nous pouvons donner à n'importe qui, drag ou pas, membre de la communauté LGTBIQ+ ou non « Take Back Your Own Power".

 

Prochainement par King Baxter :

1. Allez voir la musique de King Baxter dans son compte Spotify

2. King Baxter écrit son premier livre intitulé « Traverser le nocturne », à paraître au printemps 2022 aux Editions de la Trémie. Iel y parle de transgenre, de drag, d'activisme, de travail du sexe, de BDSM et de musique.

3. King Baxter se produira au premier Brussels Porn Film Festival, du 21 au 24 avril, au Cinema Nova et au Cinema Adventure. Ne le.a manquez pas!

4. King Baxter se produira également au SNAP Festival 2022 (Festival des récits, de l'art et de la politique des travailleuses du sexe) au Beursschouwburg, Bruxelles, les 27 et 28 mai.

Le site web de Martin Zicari : https://martinzicari.com/