Les Halles de Schaerbeek — Bruxelles —

Splash timer
24 > 27.01.23

put your heart under your feet…and walk!

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Steven Cohen

60'
Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Dates

Mardi 24 janvier 2023 20:15
Mercredi 25 janvier 2023 19:30
Vendredi 27 janvier 2023 20:15
Ce spectacle est présenté au Théâtre National Wallonie-Bruxelles.
Théâtre National Wallonie-Bruxelles et lesLes Halles de Schaerbeek coprésentent le travail singulier de Steven Cohen. L'occasion d'une mise en lumière à Bruxelles de l'œuvre du chorégraphe, performeur et plasticien sud-africain.

 

« Comment continuer à vivre et à créer après la perte de mon âme sœur ? » demande Steven Cohen à sa nounou-mère adoptive de 96 ans après le décès en 2016 d’Elu Kieser, son compagnon danseur. « Mets ton cœur sous tes pieds… et marche ! » lui répond-elle.

Et Steven Cohen de marcher et se livrer à un rituel de passage d’une puissance rare. Au travers de cette performance, il invite à un hommage à celui qui fut un enfant passionné de ballet dans une Afrique du Sud marquée par l’Apartheid, le racisme et l’homophobie, et qui pour cela fut opprimé ; à celui avec lequel il partagea vingt ans d’amour, d’art, de vie et de création.

Alors que les voix de Marianne Faithfull et de Léonard Cohen se mêlent et se juxtaposent aux images d’une performance purificatrice clandestine filmée dans un abattoir, Steven Cohen se donne à voir en créature maquillée d’ailes de papillon et de strass, le corps transformé en œuvre d’art. Juché sur des cothurnes en forme de cercueils, il chemine entre les paires de pointes de danse du défunt, comme dans le champ miné de leur passé commun. Le requiem bouleversant que propose Steven Cohen s’aventure aux confins du deuil pour s’offrir à son amour perdu en guise de sépulture vivante.

 

Le chorégraphe, performeur et plasticien qui s’autoproclame « homosexuel, juif, Blanc d’Afrique du Sud », présente également cette année sa dernière création, Boudoir, aux Halles de Schaerbeek.

Première belge

 

PRESSE

Un rite mortuaire autant qu'une épreuve de foi en l'expérience esthétique, en sa vertu thérapeutique et transubstancielle. Liberation

In true Cohen style, everything is layered with meaning. The Times

 Le monde hybride de Steven Cohen saute à la figure entre animalité et strass jusqu’au bout des orteils. Le Monde

[...] le spectacle concerne aussi la légèreté, l’élévation, une sorte d’affranchissement qui semble mener au divin. Le Devoir

Tout est monstrueusement beau et calme, dans cette vie, ou cette mort, qui continue. Paris Art

Steven Cohen embarque son public dans le pays des rêves, là où on ne se réveille pas. Numéro un

Steven Cohen prétend qu’il ne joue pas, mais que tout ce qu’il fait ou dit est vrai. ResMusica

Une cérémonie poignante qui évoque la perte de l’aimé, la cruauté de l’arrachement, l’acceptation de la mort, l’importance de l’adieu ritualisé et la mémoire immortelle que nous offre l’Art. Inferno Magazine

 

Chorégraphie, scénographie, costumes et interprétation : Steven Cohen

Lumières : Yvan Labasse

Vidéos : Richard Muller & SHU

Régie Vidéo : Baptiste Evrard

Regard extérieur : Catherine Cossa

Management : Samuel Mateu

Production : Cie Steven Cohen

Coproduction : humain Trop humain - Centre Dramatique National (Montpellier) / Montpellier Danse / Dance Umbrella (Johannesburg)

Avec l’aide à la création de la DRAC Nouvelle-Aquitain

La Compagnie Steven Cohen est soutenue par la DRAC Nouvelle-Aquitaine et le Conseil Départemental de la Gironde.