Les Halles de Schaerbeek — Bruxelles —

Splash timer

Senza Fine

Gaia Saitta

Alors que nous allions entrer en confinement, au moment de se lancer dans ce projet avec Lisi Estaràs, Gaia Saitta écrivait : “Je ne peux plus me lever le matin avec ce poids de fin du monde sur les épaules. Cela ne veut pas dire que je nie la condition misérable de notre planète, l’état d’urgence climatique, les dérives politiques vers l’extrême-droite partout dans le monde. Au contraire. Mais je crois que dans tout ça, la chose la plus grave est le fait de nous enlever l’idée même de futur. Le fait de l’enlever à nos enfants. Je pense que les coupes de l’imaginaire qu’on subit aujourd’hui, invisibles, sont aussi graves que les coupes budgétaires.” Depuis, nous sommes enfermés, et nous avons encore moins de futur. Avec un petit cercle de grands interprètes, Gaia Saitta s’est posée aux Halles pour une résidence de deux semaines, qui devait n’être que de recherche. Mais l’ouvrir au public, aujourd’hui, c’est poser un acte symbolique nécessaire. Pour partager un désir de résistance. D’existence malgré tout. D’espérance. Il est temps de nous rouvrir un avenir.