Les Halles (default image)

Les Halles de Schaerbeek — Bruxelles —

Splash timer

Aïssa Dione

Il était une fois Aïssa Dione, Franco-sénégalaise, designer et artiste formée aux Beaux-Arts à Paris. Elle incarne deux cultures qu’elle cherche à marier.

Dans une filière textile sinistrée, noyée sous les produits low cost venus d’Asie, cette femme volontaire et énergique a réussi à hisser le tissage ouest-africain au rang de business rentable.

A Dakar, elle dirige une entreprise de près de 100 personnes. Des tisserands, mais aussi des menuisiers, des tapissiers, des couturiers… En décidant, il y a plus de 25 ans, de sortir les tissages mandjaques de l’informel, Aïssa Dione est devenue une pionnière.

Avec ADT (Aïssa Dione Tissus), elle fait de ce textile originaire de Casamance, de Guinée-Bissau et du Cap-Vert, l’ambassadeur d’un certain luxe à l’africaine.

Ses clients ? Ce fût d’abord la haute-couture, avec des créateurs comme Paco Rabanne, Louis Féraud, Christian Lacroix, Hermès. Puis de prestigieux décorateurs, des hôtels parisiens, les magazines de décoration, les boutiques les plus en vue…

Sa collection de tissus est rapidement déclinée pour l’ameublement, la décoration et la petite maroquinerie.

Aujourd’hui, elle expose partout dans le monde de Doula à Tokyo, de Ouagadougou à New York en passant par Zurich ou Paris.

Qualité, créativité et exigence : le credo d’Aïssa Dione pour faire résonner haut et fort le « made in Africa »…

Aïssa Dione